Les types d'insuline, effets secondaires, Contre indications

Les types d’insuline, effets secondaires, Contre indications

L’insuline utilisée est à présent d’origine humaine, elle peut être d’action rapide (dès 15 min après l’injection, active pendant 4 à 6 heures) ou retardée (de 1 h à 4 h après l’injection agissant pendant 12 à 36 h).

Les déférentes types d’insulines

Les insulines retard

Les insulines retard (« de type NPH » pour Neutral Protamine Hagedorn) sont de durée intermédiaire (de 30 à 45 min après l’injection agissant pendant 10 à 16 heures selon les insulines et selon les personnes, avec un meilleur potentiel au cours des six premières heures).

Les analogues lents

Les analogues lents (de 1 à 2 h et pendant 20 à 24 h) (ou les insulines NPH) sont utilisés pour des diabétiques de type 1 dans le cas d’injection d’insuline le soir pour couvrir les besoins de la nuit ou pour les diabétiques de type 2 (après une évolution de quelques années et dans le cas d’un traitement mixte, diabète insulino requérant ou insulino nécessitant).

L’insuline rapide

L’insulines rapide peut être injectée en continu grâce à une pompe à insuline télécommandée par le patient sur un schéma thérapeutique basal/bolus à adapter en fonction des repas, des activités physiques…

Effets secondaires d’Insulines

Les types d'insuline, effets secondaires, Contre indications

Les risques de l’insulinothérapie sont l’hypoglycémie, l’hypokaliémie, le risque de lipodystrophie ou des troubles de l’accommodation.

Contre- indications d’Insuline

La contre- indication principale est l’hypoglycémie (surtout si elle n’est pas contrôlée). Certains médicaments peuvent être hypoglycémiants (bêtabloquants, IEC…), mais aussi l’alcool ou hyperglycémiants (diurétiques thiazidiques, corticoïdes…).

Surveillance d’Insuline

La surveillance des injections d’insuline se fait par un hémoglucotest. (glycémie obtenue par dosage du glucose sur une goutte de sang prélevée au doigt) relativisé par le respect de l’hygiène de vie (alimentation, activité physique…) et la détection de signes neurovégétatifs d’hypoglycémie (tremblements, pâleur, troubles du comportement ou sueurs…).

Dans ce cas, le soignant réalise un hémoglucotest (puis resoudre rapidement si besoin avec 3 morceaux de sucre ou une injection IM de glucagon si la personne est inconsciente et refaire un HGT).

De même, une hyperglycémie peut survenir si l’injection d’insuline est insuffisante, s’il y a un apport alimentaire trop important (et avec sucres rapides), un syndrome inflammatoire ou une infection, des facteurs psychologiques particuliers. Les signes sont alors la soif intense, la polyurie, une forte fatigue…

Exemples:

Les types d'insuline, effets secondaires, Contre indications
  • Les insulines intermédiaires « de type NPH » : Insulatard NPH, Insuman basal et Umuline NPH.
  • Les analogues lents : Lantus et Levemir.
  • Les insulines mélangées : Insuman Comb 15, Insuman Comb 25, Insuman Comb 50, Umuline Profil 30, Mixtard 10, Mixtard 20, Mixtard 30, Mixtard 40, Mixtard 50 sont des mélanges d’insuline rapide et d’insuline NPH (le chiffre indiqué correspond au pourcentage d’insuline rapide).
  • Les insulines Humalog Mix 25, Humalog Mix 50 et NovoMix 30 sont des mélanges d’insuline ultrarapide et d’insuline de type NPH.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *