ORGANISATION DU BLOC OPERATOIRE

  1. DEFINITION


Le bloc opératoire est une enceinte protégée où s’effectue l’acte opératoire. Il comporte plusieurs salles d’opération à destination précise.
        – Salles pour interventions osseuses (traumatologie)
        – Salles pour chirurgie générale (salles aseptiques, septiques, spécialisées)

1 – STRUCTURE INTERNE

        Le nombre de salles est variable selon la population desservie, la typologie de l’hôpital et des moyens existants
        Les normes marocaines prévoient :
– 2 salles d’opération pour un hôpital de zone.
– 4 salles d’opération pour un hôpital provincial.
– 6 salles d’opération pour un hôpital régional.
Le bloc idéal n’existe pas, les salles ne doivent être ni trop grandes ni trop petites, .surfaces suggérées sont entre 26 et 40 m2  avec comme forme carrées 6m x 6m ou rectangulaire 7 x 5,2 la hauteur est de 2,80m à 3m.

1-1 Les surfaces horizontales
* Les sols

Matériaux lisses non poreux, résistants aux produits hautement nettoyants, désinfectants et permettant un nettoyage facile et non dérapant.

        * Les Plafonds
Lisses, faciles à nettoyer, éviter les faux plafonds

        * Les murs
Doivent être fisses, étanches, résistants et de couleur mate, les angles sont arrondis
– Peinture à l’émail supporte le nettoyage et la désinfection
– Eviter les égratignures
Ils doivent être repeints régulièrement,

1-2 L’éclairage

Doit se rapprocher le plus de la lumière naturelle
L’éclairage peut être:
* Naturel: par des baies vitrées au plafond
* Artificiel: par éclairage d’ambiance et un éclairage opératoire évitant toute ombre portée au moyen d’un SCYALYTIQUE fixé au plafond.
Facilement orientable avec un bras mobile permettant de grands déplacements latéraux.
– Encastré
– Supportant le nettoyage

 1-3 L’aération et climatisation

– la climatisation
doit exister et en bon état de fonctionnement et contrôlée régulièrement
* Le renouvellement d’air doit être de 25 fois/heure
* Elle doit être sans turbulence et d’un niveau sonore acceptable < 50 décibels
* Les gaines doivent être nettoyées

* Les filtres absolus doivent être changés 2 fois / an
* La température doit être comprise entre 18° et 20 à 25°
* La climatisation devra être autonome par salle pour éviter les problèmes, en cas d’intervention septique et en cas panne .
* Les arrivées d’air doivent se situer en haut des murs, les extractions d’air doivent se situer en bas des mûrs.
* La climatisation ne doit pas être complètement arrêtées la nuit et les week-end, mais seulement diminuée, afin d’éviter les dépôts dc poussières
* Les portes et fenêtres doivent être impérativement fermées.

2 Les circuits

Parcours organisé au terme duquel on revient généralement au point de départ
Ils peuvent être de 2 natures:
– Double circuit : propre et sale individualisé
– Circuit mixte : propre et sale en commun = (circuit protégé)
Les deux sont admis, à condition de respecter les règles d’hygiène concernant l’élimination du matériel contaminé.

2-1 Le Sas D’entrée du Personnel

        Il doit exister et servir de frontière entre le service et le bloc.
Il doit être équipé de crochets et d’étagères et permettre au personnel du B.O de se changer (laisser sa tenue hospitalière et revêtir une tenue de bloc opératoire : pyjama, cagoule, bavette, sabots et bottes.)
Il doit être équipé d’un lavabo pour permettre le lavage simple des mains.

2-2 Le Sas D’entrée du Malade

        Equipé d’un chariot qui ne sort pas du B.O, ce chariot est habillé d’une couverture et d’un drap qui sera changé à chaque malade.

2-3 Salle de Réveil

 – Extérieure mais près des blocs : zone frontière
 – Intérieure, 2 lits pour chaque salle.


2-4 Salle de Lavage des Mains

*Lavabo équipés de commandes (genou, coude, cellule sensible électronique)

*Eau de javel dans les tuyauteries (10 ml) dans les cyphons

*Détartrage des conduits

2-5 Salle de Détente

De préférence à l’intérieur du B.O

.2-6 Salle de Stockage du Matériel Stérile

Le matériel stérile sera rangé dans un local spécifique

2-7 Les fluides

Doivent être situés à 1m 50 du sol :

– Oxygène : blanc avec 3 encoches
– Vide : vert avec 2 encoches
– Protoxyde d’Azote : bleu avec 4 encoches
Air comprimé : noir avec 2 encoches

Les prises électriques à1,50m du sol.
L’idéal étant les bras techniques qui descendent du plafond
la salle d’opération doit être implantée loin des sources de contamination
Il y a plusieurs types de B.O :
                *Type Américain
                *Type Européen (britannique, suédois, allemand)

3- Description au mobilier

        Le mobilier est l’ensemble des meubles destinés à l’usage et l’aménagement de la salle d’opération. C’est l’ensemble des équipements nécessaires pour une intervention chirurgicale.

        3-1 La Table D’opération

                3-1-1 Type de Tables

– La Table Conventionnelle
C’est un ensemble compact comprenant, l’embase, la colonne, le plateau, le tout non dissociable
– La Table de Transfert
Comprend un socle, un ou plusieurs plateaux et autant de chariots que de plateaux.

La table peut être mécanique ou motorisée (simplicité d’emploi). La motorisation apporte :- une sûreté pour l’équipe chirurgicale
– Un confort pour le personnel entraînant la sécurité pour le patient
– Une meilleure asepsie par une commande à distance

Le socle petit être fixe mobile

La table mécanique reste encore actuellement le moyen de réaliser une table d’opération à moindre coût, son utilisation est décroissante face aux tables motorisées.
Le choix de la table se fait selon :
        – La ou les disciplines opératoires
        – Les habitudes du bloc opératoire
        – Les contraintes du bloc opératoire

3-1-2 Description de la Table

L e plateau

De chirurgie Générale
– plateaux simples
– Comprend un billot déplaçable
– Adaptés à la chirurgie des voies hautes et des voies basses
– Radio transparence (porte cassette)

Plateaux Universels

-Toutes disciplines
– Nombre important de segments
– Jambières séparées

Plateaux de spécialités

Adaptés à une spécialité déterminée
– Utilisés dans des blocs non polyvalents
Le Plateau est couvert de coussins souples, facilement lavable

Les Accessoires de la Table D’opération

         Ils seront choisis en fonction :
– des positionnements du patient
– de la discipline concernée
– des habitudes du bloc opératoire
         * Les pédales et manettes

– Les pédales permettent :

 * De monter ou baisser la table à hauteur voulue

 * A faire pivoter la table autour de son axe horizontal

– les manettes permettent :

 * D’incliner latéralement la table soit d’un côté, soit d’autre * De faire basculer la table de bas en haut oude haut en bas.

– les procédés de Fixation :

* les épaulières
* les brassards: membre légèrement fléchi en pronation
* les cuissards et jambières

Ces procédés doivent être solides et non compressifs
– Autres Accessoires :

* Arceau d’anesthésie pour séparer le chirurgien de l’anesthésiste
* Appui bras pour perfusion
* Support têtière fer à cheval
* Supports-cales…

3-2 Les éclairages opératoires

         L’éclairage opératoire est un des  équipements clé de la salle d’opération car la  qualité de l’éclairement délivré est déterminante pour la bonne réalisation des interventions chirurgical, cet éclairement est produit par un système optique concentrant Sur le champ opératoire les rayons lumineux émis par les lampes (le plus souvent HALOGENE)
Un éclairage performant est un éclairage qui fournit au chirurgien et à son équipe un éclairage adapté, dans un volume de lumière homogène en surface et en profondeur, avec un minimum d’ombre portées et de chaleur, l’éclairage doit en plus se positionner facilement et entraîner un minimum de maintenance.
Performances, simplicité d’utilisation et fiabilité sont les maîtres mots d’un éclairage opératoire moderne et innovant
On distingue :

 Les éclairages à optique Centrale

(Lentilles de FRESNEL. et miroirs réfléchissants obliques à 45°)

Ces appareils possèdent une ou plusieurs lampes superposées selon le diamètre de la coupole

Les éclairages à Multi Projecteurs

Les appareils possèdent plusieurs projecteurs individuels équipés de réflecteurs répartis sur la surface de la coupole

 Les éclairages à multi Hublots

Ces appareils comportent une ou deux lampes situées au centre

         Qualités d’un bon éclairage opératoire

– Un éclairage adapté et réglable
– La dilution des ombres
– Eclairement en surface et en profondeur
– Restitution fidèles des couleurs
– Dégagement de chaleur limité (filtre athermique)
– Maniabilité
– Entretien aisé


     3-3 Les Bistouris Electriques

(Electro-Chirurgie)

Le principe du Bistouri Electrique est la conversion de l’énergie électrique en énergie thermique, les effets sur les tissus changent lorsqu’on modifie la forme des ondes :

  • COUPER : Une succession d’explosion de cellule par échauffement rapide > 100°c avec présence d’arcs électriques (section des tissus)
  • COAGULER : Une densité de courant plus faible (80 à 90°c) provoquent le dessèchement et l’atrophie des cellules, le liquide cellulaire s’évapore et les albumines se coagulent avec une couleur blanche typique et non carbonisée des tissus. Cependant, il est difficile de coaguler sans carboniser à cause du sang qui se carbonise       rapidement.
    L’effet thermique ne doit être présent qu’à la pointe du Bistouri

       3-3-1 Avantages

       – Coupe avec hémostase
       – Minimise le danger d’infection
       – Réduit la douleur post opératoire

       – Intervention possible avec endoscopie
       – Diminue le temps d’intervention
       – Facteur économique
       – Si surface de contact est insuffisante, ou la plaque n’est pas connectée à l’appareil ou rupture du câble, le générateur ALARME.

 3-3-2 Dangers – Inconvénients

– Carbonisation de certaines régions
– Certains bistouris Electriques peuvent parasiter les ECG ou les videoscopes.

3-3-3 Types de bistouris Electriques

– Bistouri bipolaire
Le courant passe entre les deux mors dune pince et provoque 1’effet de la coagulation (dessiccation précise)

Il donne :
      
– Une sécurité sûre
       – Une réduction du volume des tissus traversés
       – Une efficacité dans l’environnement irrigué
Il faut éviter les courants de fuite (attention au retour de courtant par la terre) qui peuvent provoquer des brûlures du patient aux endroits où sortent ces courants de fuite.

– Bistouri monopolaire

       Circuit électrique fermé par une plaque patient de large surface.
       Il faut placer la plaque patient prés du site opératoire (partie la plus musculaire du corps,) et s’assurer d’un bon contact régulier pendant toute l’intervention.
       Utiliser toujours le bistouri à puissance minimale.
       Eviter d’utiliser le B.E sur une surface (humide, badigeonnée d’un antiseptique qui n’a pas séché)

Eviter :     – Les garrots
                – Les stimulateurs électriques
                – Les surfaces cicatricielles
                – Les endroits trop osseux

                   – Les implants métalliques
                   – les électrodes de monitoring

SURVIELLANCE DE LA PLAQUE PATIENT

 gles De Bases

  •  Placer la Plaque sur des tissus vascularisés le plus près possible du site opératoire
  •  Utiliser toujours le bistouri à la puissance minimale
  •  Surveiller le bon contact de la plaque pendant toute la durée de l’opération

Eviter

  • Les garrots
  •  Les stimulateurs électriques
  • Les surfaces cicatricielles
  •  Les endroits trop osseux
  •  Les implants métalliques
  •  Les électrodes de monitoring 

3-4 L’amplificateur de brillance ou de luminance

         L’utilisation de l’amplificateur de brillance en bloc opératoire a été pendant très longtemps un moyen de contrôle au même titre que l’appareil radio mobile.

         L’amplificateur de brillance a dépassé son stade de moyen de contrôle pour devenir un instrument indispensable dans beaucoup d’applications chirurgicales:
         – Chirurgie orthopédique-osseuse
         –  Chirurgie urologique (pour les lithiases rénales avec produit

 de contraste et montée de sonde)

  • Chirurgie vasculaire avec montée du cathéter
    •  Chirurgie générale avec le développement de la laparoscopie

         L’amplificateur devient de plus en plus performant, il est de plus en plus lié à l’utilisation de la table d’opération e le choix de celle-ci doit en tenir         compte impérativement
 

3-5 L ‘aspirateur électrique à pédale

         Avec ses deux bocaux propres désinfectés et stérilisés à l’autoclave ainsi que les tuyaux.

3-6 Tables d’instruments

         Ce sont des tables à roulettes (ou non) permettant un déplacement facile

3-7 Une table murs—techniques (en acier inox)

         Assez vaste contre un mur pour y disposer:

– Sur le plateau supérieur
         * Matériel de suture (casier distributeur)

         * Matériel de rechange ou complément

         * Les différents antiseptiques

         * Liquide Bouin + flacons

– Sur le plateau inférieur

         * Boîtes de compresses, instruments…

3-8 Deux Porte-cuvettes

          Elles sont destinées à recevoir les instruments souillés

3-9 Deux baquets mobiles

         Pour recevoir les compresses et champs souillés.

3-10 Siège Réglable

         Pour le chirurgien pour les interventions gynécologiques et périnéales.

3-11 La Table D’anesthésie avec ses Accessoires

         Table contenant les anesthésiques, les médicaments pour la réanimation, le nécessaire pour les injections et perfusion, le matériel d’intubation (laryngoscope, sondes trachéales, un siège réglable).

4- L’EQUIPE CHIRURGICALE

         L’équipe du bloc opératoire est l’ensemble de personnes exerçant à ce niveau suivant une organisation déterminée. Elle se compose d’un certain nombre professionnel travaillant chacun dans le cadre qui lui est dévolu.

* Composition de 1’equipe

         4-1 Le personnel fixe

                   4-1-1 Les opérateurs

                                      – Professeurs
                                      – Les assistants
                                      – Les chirurgiens

4 -1-2 Les anesthésites-réanimateurs

                                      – Médecin anesthésiste
                                      – Infirmiers anesthésistes

4-1-3 l’équipe infirmière

                            – Le major du bloc opératoire

                            – Les infirmiers (es) panseurs (es)

                            – Les infirmiers (es) instrumentistes

                            – Les infirmiers aide opératoires

4-1-4 Autres Membres

                            – Infirmiers de stérilisation

                            – Les agents de service

      4-2 Le personnel Mobile

                   – Etudiants en médecine (internes, externes, résidents)

                   – Les étudiants de IFCS

                   – Les formateurs

                   – Les techniciens de radio

                   – Les techniciens de maintenance (BIOMEDICAL)

      4-3 Les Aptitudes et les Compétences de I’IBODE

         Pour exercer les activités et les tâches qui en découlent, il est nécessaire pour l’IBODE de posséder les aptitudes et les compétences suivantes :

  • Savoir Etre

–   Faire preuve d’initiative

–   Adhérer à l’honnêteté et à la rigueur de l’équipe

–   Partager un esprit d’équipe et de confraternité

–   Respecter l’opéré

–   Etre responsable de ses actes et de ses engagements

–   Etre autonome et capable de s’auto-évaluer

  • Savoir

–   Avoir les connaissances en matière de techniques chirurgicales, de technologie, d’hygiène et d’administration nécessaires à l’exercice professionnel

  • Savoir faire

–   S’inscrire dans un projet de service

–   Etre capable de gérer et d’anticiper les besoins liés aux différents gestes

Opératoires

–   Faire preuve de dextérité.

One Reply to “ORGANISATION DU BLOC OPERATOIRE”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.